Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 12:00

    Coca-Cola scalewidth 630 

Grande amatrice de Nutella (et de ses nombreux rivaux), voici mon petit coup de gueule du mois...

On est tous d’accord là-dessus : le trou de la Sécu nécessite d’être comblé. Les caisses de l’Etat sont toutes vides alors il faut trouver des pistes de recettes. Et quand on sait que 15 % de la population adulte est obèse ou en surpoids en France, soit 6,9 millions de personnes, c'est-à-dire 3,3 millions de personnes de plus qu'en 1997 (une augmentation de 76 % sur cette période !!!) l'Etat a tôt fait de faire le lien entre la malbouffe et les dépenses de santé. Quitte à aller chercher ces fameuses recettes supplémentaires du côté de ce qui nous rendrait obèse justement...

 

mousse-au-nutella.jpg

 

 

Sauf que le concept même d’une taxe sur les boissons sucrées, les bières et les pâtes à tartiner est en soi une aberration.  

Car forcément, cette taxe est amenée à diminuer avec le temps. A voir leurs tickets de caisses enfler, les consommateurs vont inévitablement se détourner de ces produits. Et cesser de les consommer. A l'instar de ce que l'Etat tente de faire avec le tabac. Alors les mêmes problèmes de financements et de sources de recettes se poseront encore.

Sans parler de la difficulté pour certains industriels de gérer leurs marges au détour d’une augmentation des prix de vente de leurs produits en magasin. Car ne vous y fiez pas, il y aura deux perdants dans cette guerre anti-obésité : les industriels ou les artisans producteurs, qui baisseront leurs prix de vente auprès de la grande distribution, et les consommateurs qui devront s'acquitter de la TVA. La GMS, elle, n'y verra pas grand chose finalement...

 

Dans le Morbihan, le département où je vis, je vois déjà des entreprises qui pourraient souffrir - ou qui souffrent déjà - de ces taxes. C’est le cas de la Brasserie Lancelot au Roc-Saint-André, doublement impactée pour son produit phare, le Breizh Cola, et ses bières. Ou bien la Maison d’Armorine à Quiberon et sa fameuse crème de Salidou, Henri Le Roux à Landévant et ses pâtes à tartiner au caramel au beurre salé (le fameux CBS) ou son Bonsoncœur au chocolat ou encore son voisin zone de Mané-Craping Carabreizh et son coulis de caramel. Et bientôt ce sera quoi ? Les chips Bret's ? Les Niniches ? Les sardines au beurre ?

 

Nutella a même fait paraître deux pleine pages de publicités en vis-à-vis la semaine dernière dans la presse régionale. Objectif ? Démontrer que leur utilisation de l'huile de palme n'est pas si nocive pour l'environnement, ni pour l'homme.  Nutella assure être composé essentiellement de sucre, noisettes, cacao, lait en poudre et huile de palme à hauteur de 20 %. "Une huile de palme qui garantit depuis 40 ans l'onctuosité et la stabilité unique de la recette" dit le publi-communiqué. "L'onctuosité, car c'est une huile solide à température ambiante. Et stabilité car elle résiste à l'oxydation et donc au rancissement." De plus, Nutella indique que Ferrero est membre de la RSPO, une organisation internationale oeuvrant à la promotion de l'huile de palme durable. "Ferrero continue donc de mettre en place des systèmes de traçabilité certifiés en maintenant son soutien à l'objectif "zéro déforestation"."

De plus Nutella soutient que l'huile de palme n'est pas dangereuse pour la santé, présentant en terme de matières grasses autant de profil nutritionnel que le beurre.

 

nutella.jpg

 

De toutes les manières, ce qu'il faut surveiller c'est la consommation de matières grasses saturées. "Or, l'huile de palme en représente une part mineur dans les apports journaliers." (plus d'infos sur : nutellaparlonsen.fr)

 

Nous ne sommes pas des moutons, nous devrions savoir que tout ce que nous mangeons, dans l'excès, est nocif.

Varions alors les plaisirs et les gourmandises !

 
Mais surtout ce qui est déplorable dans ce combat, c’est le placement du curseur.

Pourquoi toujours réprimer au lieu d’inciter ?

L'Etat est-il toujours obligé de mettre en place une taxe répressive afin de responsabiliser le consommateur ? Lui disant, en filigrane : ne t'empiffre pas trop, sinon tu coûtes trop cher à la Sécu ! Nous devrions savoir qu'il ne faut pas abuser de ces délicieuses et coupables gourmandises. C'est comme pour tout !

Et pourquoi alors ne pas proposer un crédit d’impôt sur les abonnements aux clubs de sport ?

Et enfin valoriser la pratique sportive, l’achat de matériel et d’équipement de sport. Ce qui coûte parfois très cher et permet pourtant de rester en pleine forme, en pleine santé. Le sport permet d'évacuer le stress, rend moins fatigué et nous donne l'impulsion nécessaire pour tenir le coup.

 

C’est une certitude, un sportif, même amateur, coûte moins cher à la Sécu que quelqu’un en surpoids.

Partager cet article

Repost 0
Published by flowersfood - dans Les produits cultes
commenter cet article

commentaires

Profil

  • Violaine
  • J'ai 32 ans. Journaliste indépendante, spécialisée dans l'économie et le monde de l'entreprise, je joue les food reporter au gré de mes rencontres... Je suis également passionnée de gourmandises et de cuisine conviviale.
  • J'ai 32 ans. Journaliste indépendante, spécialisée dans l'économie et le monde de l'entreprise, je joue les food reporter au gré de mes rencontres... Je suis également passionnée de gourmandises et de cuisine conviviale.

Et aussi...

Top blogs de recettes

Suivez-moi sur Instagram

Instagram