Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 12:00

  le_hangar--3-.JPG

 

Cela fait un an que je veux vous parler de cet endroit que j'aime particulièrement. Et là, à l'approche de l'hiver et de Noël, c'est l'occasion... Car au détour d'une balade, vous pourrez profiter de cet endroit pour faire des achats à offrir ou à vous offrir :) 

Cet endroit que j'apprécie c'est le Hangar à Ploërmel.

Face à la gare de Ploërmel, il y a ce vieil entrepôt qui a retrouvé une seconde jeunesse fin 2011.

Devenu épicerie fine, biscuiterie et salon de thé.

A découvrir pour s'offrir un panier gourmand de bons produits, pour déjeuner léger ou siroter un café avec une bonne part de gâteau au coin du feu...

 

 

 

le_hangar--7-.JPG

 

À l'abandon depuis huit ans, ce hangar servait à entretenir les locomotives.

Une cidrerie y avait élu domicile un temps. Depuis six ans, Anne-Marie Guillard, alors propriétaire de plusieurs boulangeries Grenier à Pain à Paris et Lorient, lorgne sur la bâtisse. Et réalise un vieux rêve.

Le lieu est propice pour déjeuner, goûter, boire un thé, participer à un atelier culinaire, découvrir la fabrication de biscuits et cakes et repartir le sac plein de gourmandises !

 

 

le_hangar--12-.JPG

 

Tenus par de hauts murs en pierre, les 630m² de hangar accueillent une boutique d'épicerie fine, un espace restauration où trône un poêle à bois, et un atelier de fabrication que l'on peut observer depuis les larges baies vitrées. Le bâtiment se complète d'une mezzanine de 150m² où se logent les bureaux et un atelier d'emballage. 

 

Ici sont fabriqués cakes, brioches, financiers, madeleines, galettes ploërmelaises et sablés qui sont proposés dans tous les magasins Greniers à Pain, y compris à l'étranger. On les trouve même dans d'autres petites boutiques indépendantes désormais.

 

le_hangar--15-.JPG

 

 

 Dans l'espace restauration, on choisit son ambiance : mange debout, tables ou canapés.

On propose des tartes salées et sucrées, des cafés gourmands, des petites salades...

 

 

le_hangar--2-.JPG

 

Les chocolats maison sont réalisés dans des moules rigolos qui devraient plaire aux enfants : des vaches, des moutons, des cochons, des lapins...

Au lait, blanc ou noir ! Miam !

 

le_hangar--22-.JPG

 

L'atelier de fabrication propose également des cours de cuisine.

 

 

le_hangar--18-.JPG

 

On peut y voir comment sont confectionnés les biscuits de la gamme Le Hangar. Et repartir avec un sachet !

Fianciers, sablés, palets, galettes, oursons guimauve sont fabriqués sur place, de manière artisanale. Et se décline selon différentes saveurs...

 

 

le_hangar--21-.JPG

 

le_hangar--24-.JPG

 

 

Côté épicerie fine, on retrouve les pâtes au blé tendre, le riz à risotto italien, les crèmes de poivrons et antipasti, les huîtres au chocolat Desplousse, des pâtes à tartiner artisanales, et des tas d'idées gourmandes à offrir ou à s'offrir !

 

Rien que pour voir la beauté du lieu, le déplacement vaut le détour !

Alors si vous passez par Ploërmel lors de vos prochaines escapades, faîtes un arrêt au Hangar...

Et dîtes-moi ce que vous en avez pensé !

 

 

le_hangar--25-.JPG

Repost 0
Published by flowersfood - dans Le goût des voyages
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 15:08

 

Sucre-9658.JPG

 

A peine à une heure de Saint-Malo en Condor Ferry, et nous voilà à l'heure anglaise.

Sur l'île Anglo-Normande de Jersey.

 

Un petit bout de caillou de 118 km², accueillant près de 100.000 habitants. Soit une densité impressionnante de 783 habitants au km² ! Une vraie City sur une petite île qui offre du coup deux visions diamétralement opposées.

D'abord la vie urbaine et citadine à Saint-Hélier, la capitale. Et puis plus loin, le long des côtes, les Jersiais vivent davantage au rythme du ressac et des récoltes...

Poissons, fruits de mer, produits laitiers, fruits sont les richesses de cette île, sans compter ses perles de culture qui font de Jersey une île pourvue d'un grand nombre de bijoutiers...

 

Si la saison estivale amène son lot de touristes, elle reste aussi assez inaccessible côté budget.

Le mieux est d'aller faire un tour à Jersey hors saison. Et moi, j'ai ma petite préférence pour décembre...

L'Avent est une période magique à Jersey. La capitale revêt alors son habit de fête, se pare de décorations merveilleuses et offre aux visiteurs 1001 idéees cadeaux... :)

Des plus chics chez de Gruchy et Voisins aux plus improbables comme cette fameuse panoplie de moustaches chez Next Man...

 

Au delà de la visite de l'île, qui s'avère surprenante de pointe en cap, il reste une découverte de taille : celle de la non moins célèbre english food...

N'en déplaise à ses détracteurs, il n'est pas nécessaire d'être un gourmet averti pour apprécier la bonne nourriture anglosaxonne. Bien que plus roborative que dans l'hexagone.

Allez, un petit excès de temps en temps ne fait pas de mal... du moment que cela ne dure pas plus de quelques jours !!!

 

Sucre-9667.JPG

 

Première étape, breakfast anglais chez El Tico à Saint Ouen's bay. L'adresse, sur la côte Ouest de l'île, face à une grande plage de sable fin où ont élu domicile les surfeurs, est incontournable.

http://www.elticojersey.com/home

C'est la cantine des beach surfers. Eté comme hiver.

Car ici, nul besoin d'être réchauffé par les rayons du soleil... Même quand l'écume fraîche de fin d'été fouette le visage, le voyage vaut le détour !

 

Au menu de ce breakfast anglais, ou même carrément de ce brunch tant les plats peuvent nous faire tenir la journée, un petit déjeuner typique : beans et leur sauce sucrée, oeuf miroir, potatoes, champignons, tomate grillée, tranche de boudin noir, bacon...

Et puis pour terminer en beauté, la pyramide de pancackes largement nappée de golden syrup, ce sirop sucré et ambré typiquement anglais qui se marie si délicieusement avec les crêpes et les pancakes... Méga Miam !

 

Sucre-9676.JPG

 

Sucre-9681.JPG

 

Le restaurant à vue panoramique sur la bay de Saint-Ouen s'étend tout en longueur. Devant nous, des grandes tablées en bois et au-dessus de nos têtes, des planches de surf, évidemment !

On se croirait dans une cantine de surfeurs !

 

Sucre-9732.JPG

 

Après ce petit déjeuner copieux, direction Saint-Hélier, par la côte. Retour donc à la vie urbaine...

 

Et après un peu de shopping et de lèche-vitrine, pause gourmande à mi journée chez Coffee Republic, sur King's Street.

Un coffee shop tout petit et toujours bondé, dans lequel on peut déguster des boissons chaudes au café ou au chocolat... Avec de la petite sandwicherie fraîche et des pâtisseries délicieuses, comme ces cupcakes vanille et chocolat à la crème au beurre !

http://www.coffeerepublic.co.uk/index.php

 

 

DSCN1776.JPG

 

 

Parmi les boissons chaudes on trouve des parfums tous plus alléchants les uns que les autres. Mêlant nutella, oréo, cadbury....   Chauds ou même frappés pour l'été.

Dans des tasses à la hauteur !

C'est le Starbucks du coin en quelque sorte... Plus loin il y a Café Costa, mais nous on préfère le petit indépendant, Coffee Republic ;)

En plus son coeur rouge on se le ramènerait bien chez nous aussi ! (Mais on les a les tasses chez nous, hihi !)

 

Pas un voyage à Jersey ne se fait sans passer chez Coffee Republic !

 

P1100240.JPG

 

Vous voyez, il ne reste plus rien !

 

C'est par la foule sans cesse affluente dans le Coffee Republic, située au coeur de l'artère commerçante que l'on sait que Saint-Hélier est une ville dynamique ! Ca grouille de monde à longueur de journée ici, à croire qu'ils ne font que consommer les Jersiais ;)

 

DSCN1881.JPG

 

 

Pour découvrir ce que sont de beaux hamburgers chics, il y a GBK, Gourmet Burger Kitchen. Une enseigne anglaise que l'on trouve dans toutes les grandes villes du Royaume-Uni.

A Jersey, GBK se trouve au 75/77 Halkett Place à Saint-Hélier.

On y déguste de savoureux burgers cuisinés minute, avec des produits frais et des frites maison à tomber par terre.

http://www.gbk.co.uk/

Inutile de poireauter au bar, on est servi ici comme au restaurant !

 

DSCN1779.JPG

 

 

Voici un autre coup de coeur pour une douceur d'après-midi voire même un déjeuner.

A l'intérieur du Central Market de Jersey il y a Pure Charity, un coffee shop tout petit tout mimi, qui propose des cupcakes qui sont déjà un régal pour les yeux, des sandwichs frais et des soupes maisons.

Que demander de plus ?

 

DSCN1887-copie-1.JPG

 

DSCN1824.JPG

 

Ah si, en hiver l'endroit est tout de même ouvert à tous vents, donc couvrez-vous pour déguster votre petite gourmandise de quatre heures...

 

DSCN1830.JPG

 

Cupcake à la framboise, à la fraise, orné de paillettes et de strass... Et tout ça se mange !!!

 

 

 

DSCN1829.JPG

 

 

Reste une autre bonne adresse de petit déjeuner, oh pardon pour un brunch anglais, c'est le café de De Gruchy.

Le grand magasin très chic de la King's Street. On s'installe dans un restaurant très cosy et rétro où sont proposés les petits déjeuners typiquement anglais.

Thé, toasts, assiette de charcuterie avec oeufs brouillés, bacon, beans, tomate cuite, boudin et rosty de pomme de terre. Le tout dans de la vaisselle ultra rétro, au style parfaitement british qui colle avec le personnel !

Après ça, même plus faim !!!

Quoique....

 

 

P1100207.JPG

 

 

Allez-y vous aussi, racontez-moi vos bonnes adresses de Jersey !

N'hésitez pas !

 

 

 

 

Repost 0
Published by flowersfood - dans Le goût des voyages
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 12:32

DSCN0143.JPG

 

Depuis ce voyage à Gijon en mars 2011, l'Espagne est un peu à la porte de la Loire-Atlantique pour nous...

A peine a-t-on embarqué, à Saint-Nazaire, sur un Ferry de LD Lines, que déjà la côte cantabrique nous appelle.

 

En effet, il suffit seulement d'une nuit à bord d'un porte-contenair, véritable autoroute de la mer reliant l'Europe du Nord à l'Europe du Sud, pour se réveiller au coeur de l'Espagne, dans les Asturies.

Depuis novembre 2010, la compagnie de Louis Dreyfus a mis en place cette autoroute de la mer pour transporter les poids lourds et leurs chauffeurs, leur évitant ainsi d'encombrer les routes d'Espagne et de France, pour permettre aux Espagnols et aux Portugais de rejoindre la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne sans traverser le pays Basque...

 

Une chance pour nos routes françaises et espagnoles,  et pour nous autres, touristes, amateurs de la péninsule ibérique préférant dormir plutôt que de tenir éveillés 8 à 10 heures en voiture ! Pourtant, la traversée se fait avec sa voiture. En effet, un moyen de transport est obligatoire pour embarquer. Il n'y a pas de ponts pour piétons. Mais le tarif est super avantageux, surtout hors saison ! http://ldlines.fr/ 

 

Résultat, nous voilà frais et dispo, même pas fatigués, dans le principal port des Asturies.

 

Gijon est une ville de 280.000 habitants où vivent les contrastes. D'un côté des ruelles piétonnes et historiques. De l'autre, un front de mer sur lequel sont hissés des mini gratte-ciel. Une ville de patrimoine au coeur d'une ville industrielle.

 

Si la ville portuaire est moins jolie que sa voisine Oviedo, capitale des Asturies (220.000 habitants), plus riche d'histoires et d'architectures, les bonnes adresses où déguster des tapas et faire la fête sont aussi nombreuses !

 

En voici une petite démonstration...

 

DSCN0488.JPG

 

Les Asturies et plus particulièrement Gijon sont des lieux où les serveurs sont passés maîtres dans l'art de servir le cidre.

Dans les fameuses Sidrerias. Ils prennent une bouteille, lèvent un verre au-dessus d'un seau à champagne, et font monter et descendre le breuvage, à la manière dont on pourrait servir le thé au Maroc. Pour distiller davantage les bulles de ce cidre très doux, qui se boit comme du petit lait... Et qui coûte 2,5 euros la bouteille !!!

Du coup, pour éviter que les gens ne glissent sur le sol trempé d'éclaboussures de cidre, on jette de la sciure au sol. C'est dire l'état des sols de ces sidrerias !!!!

 

Autour de la Plaza Mayor, les bars à tapas sont très agréables. 

A deux pas, le Pub del Palacia, sur la plaza del Marquès qui donne un accès direct au port de plaisance, offre une terrasse romantique... Leurs plateaux de fromages locaux , accompagnés d'une purée de fruit, et de croquetas au jambon sont alléchantes pour commencer la soirée.

 

DSCN0144.JPG

 

Gijon, c'est tout l'art de servir le cidre !

 

DSCN0495.JPG

 

Sur la plaza Mayor, la Sidreria del Centenario est une adresse à ne pas rater ! Dans l'ambiance bruyante du rez-de-chaussée les touristes et les locaux vibrent au rythme des tapas de la fin de journée. A l'étage, avec plus de confort, on peut s'attabler et choisir tranquillement les meilleurs mets... Et se faire un dîner entier de tapas, arrosés d'une bonne bouteille de vino tinto !

 

 

Les incontournables qu'on retrouve dans ce coin de l'Espagne : croquetas de jambon, calamars frits, sardines frites, gambas, couteaux, sèches et surtout, le must, les pimientos de padron, que l'on trouve plus sur la Côte Atlantique que sur la Costa Brava...

Pour être sûr de ne pas tomber sur un piment trop fort, il faut pincer du bout des dents la pointe. Le goût qui s'échappe donne une idée de la teneur du reste du petit poivron vert...

Si tout va bien, allez-y !

Arrosés de sel fin, ces pimientos de padron sont un régal !!

 

 

DSCN0506.JPGDSCN0509.JPG

 

DSCN0515.JPG

 

Je n'ai malheureusement plus toutes les adresses en tête (il n'y avait pas de blog à l'époque !)

Mais il suffit de flâner le long des rues pour tomber sur des Sidrerias. Ouvertes tard dans l'après-midi, puisque les déjeuners espagnols se prolongent jusqu'à 16 h.

Laissez-vous séduire par les vitrines ornées de fruits de mer, de poissons et de crustacés... Et entrez.... 

 

 

DSCN0478.JPG

 

 

 

DSCN0476.JPG

 

Il n'y a d'ailleurs pas que les poissons comme spécialités de ce côté de l'Espagne. Le jambon ibérique tient une grande place aussi ! Et l'intérêt de voyager en voiture est de pouvoir en ramener un pour pas trop cher !!!!

Une bonne idée de cadeau, non ?

 

 

DSCN0658.JPG

 

 

A 30 km de Gijon, à Oviedo, les balades dans les rues historiques sont aussi l'occasion de découvrir de bonnes adresses. Notamment, près de la cathédrale d'Oviedo, qui par ailleurs recèle le saint-suaire, une toile de lin dans laquelle on aurait essuyé le visage de Jésus après la crucifixion.

Face à la Camara Santa, donc, il y a ce petit resto à tapas qui propose des assiettes copieuses et riches jusqu'à 16 h.

Escalopes panées, sauce tomate, croquetas, frites maison...

Un peu plein le bide mais bon, l'endroit est sympa ! 

 

DSCN0244.JPG

 

Et puis, en quittant le quartier historique et se rapprochant des artères commerciales, on tombe sur quelqu'un de connu... Woody Allen ! La Tutti Woody est une statue à l'effigie du réalisteur Américain. Elle donne sur la calle de las Milicias Nacionales. Une rue piétonne remplie de commerces et de cafés.

Derrière lui, au fond de la rue, à gauche, dans la Cafeteria La Mallorquina, on sert des douceurs idéales pour le goûter !

 

DSCN0325-copie-1.JPG

 

Comme cette tarte au citron meringuée ou cette part de gâteau au chocolat façon pyramide. Un régal !

 

DSCN0321.JPG

 

DSCN0323.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et pour couronner le tout et profiter jusqu'à la dernière miette de ce voyage, prenez le temps d'admirer le lever de soleil depuis la proue du bateau...

Sur l'estuaire de la Loire, à l'entrée de Saint-Nazaire...

 

DSCN0792.JPG

 

  Bon voyage !

Repost 0
Published by flowersfood - dans Le goût des voyages
commenter cet article
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 18:16

20120922 094019

 

Alain Chartier, meilleur ouvrier de France et champion du monde de glace,

Dans le Top 5 des glaciers de France, par Gault et Millau prépare une troisième boutique pour Vannes.

 

A lire dans le Journal des Entreprises aujourd'hui :

http://www.lejournaldesentreprises.com/national/filinfo/morbihan-le-meilleur-ouvrier-de-france-alain-chartier-ouvre-une-troisieme-boutique-a-vannes-24-09-2012-161055.php

 

 

En mai dernier, Alain Chartier inaugurait son nouveau concept à Carnac : Yogurt Breizh.

Le Journal des Entreprises du Morbihan vous explique ici la dimension économique  de ce projet : http://www.lejournaldesentreprises.com/national/filinfo/yogurt-breizh-le-nouveau-concept-d-alain-chartier-a-carnac-plage-14-06-2012-155332.php

Et Flowersfood a testé pour vous !!! Ici même :

http://flowersfood.over-blog.com/article-yogurt-breizh-le-bar-a-yaourts-glaces-106377250.html

 

yb-mag-mde-int.jpg

 

Un bar à yaourts glacés où l'on crée soi-même sa composition. Glace nature, fraise ou chocolat, et puis topping maison (billes de chocolat, éclats de macarons, brisures de biscuits, fruits, guimauves, coulis...)...

 Le concept se décline en petit camion, le Yobi, un food truck qui donne envie de déguster une glace à chaque coin de rue. Et qui pourrait bien très vite faire des petits... La tendance du street food est en marche !!!

 

YOBI1.jpg

 

 

 

Pour son prochain concept, le créateur de l'Ecole des Desserts prépare une pâtisserie d'un nouveau genre : la Pâtisserie créative. Au sein d'un circuit de confection, le client pourra concevoir son dessert préféré selon ses goûts et ses envies. Alain Chartier va jouer sur le Top 10 des desserts préférés des français pour proposer une recette modernisée et adapatable selon l'envie.

 

La nouvelle boutique doit ouvrir en décembre à Vannes Ouest, face à Leclerc. Elle proposera aussi un espace salon de thé.

Bien que l'espace ne soit pas dans un lieu de vie, urbain, citadin comme j'aime, j'ai hâte de le découvrir !

Et de vous en faire ma chronique ici !

 

Stagiaire à l'école des Desserts samedi dernier, j'ai testé le cours Cupcakes... et je vous en livrerai ici mes impressions au plus vite !

 

 

 

 

Repost 0
Published by flowersfood - dans Le goût des voyages
commenter cet article
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 19:02

DSC_9894.JPG

 

 Qui aurait cru trouver là, à dix minutes par le fleuve de l’île de Nantes, une des meilleures gaufres jamais mangée ? Sûrement pas nous, tout juste poussés par une petite envie de quatre heures avant de reprendre le bac et retourner aux Machines de l’Ile et à son Carrousel géant.

 

Et pourtant, au détour des petites ruelles colorées et vitaminées de Trentemoult, il y a la Reinette Bleue. L’ancien petit village était il y a un demi-siècle le hâvre de paix des ouvriers des chantiers de la Loire pour leurs congés de fin de semaines. Sur les bords de la Loire, les quais s’animaient alors. Aujourd’hui, Trentemoult attire les touristes curieux de trouver à deux pas de la ville un petit port qui a gardé son authenticité. Face au panorama nantais, le petit glacier ne paye pas de mine. De sa terrasse, sur la berge du fleuve, la vue est imprenable. Le dôme de Notre-Dame de Bon Port joue à cache-cache avec la Tour de Bretagne et la grue Titan.

 

Les grenouilles davantage vertes que bleues ont élu domicile dans ce petit estaminet où la maîtresse de maison propose des glaces, des boissons fraîches et surtout des gaufres maison.

 

Cela faisait longtemps qu’on n’avait pas mangé autre chose qu’une gaufre carton, seulement sortie du congélateur. « Regardez si les machines tournent », explique gentiment la patronne. « Si les gaufriers ne tournent pas, c’est que les gaufres n’ont pas besoin de cuire, juste d’être réchauffées. Ils fabriquent même des gaufriers qui ne tournent pas pour les gaufres surgelées ». Cette habituée des gaufres plastiques en a eu assez d’en vendre à Paris. Et a choisi de confectionner sa propre recette. De la farine, des œufs, du beurre, de l’huile et du lait bio. Et c’est tout ? On n’en saura pas plus, la grande Reine garde sa recette secrète !

 

DSC_9902.JPG

 

En tous cas, nous voilà repartis avec deux gaufres au chocolat (maison lui aussi) et une demie gaufre au sucre pour le petit bout… 7,90 euros (3,30 la grande, 1,50 la demie) Mais, là, on en a vraiment  pour notre argent !

C’est que ma gaufre fait bien la taille de mon pied ! Près de 20 centimètres à l’aise ! Faut avoir de l’appétit ! Et pour le coup, là, tout de suite, j’en ai ! A chaque bouchée, je suis bouche bée ! Enfin une gaufre à la hauteur de ces fameuses gaufres liégeoises (que l’on trouve aussi à Bruges ou Bruxelles) que je tiens sur un piédestal. La crème de la crème en matière de gaufre !

 

Bref, tout juste le temps de voir passer le navibus une première fois, de se dire que, zut, on profite de la vue et de notre délicieuse gaufre de la Reinette Bleue, dans le calme et sans précipitation… En attendant le prochain passage du bateau qui nous mènera de l’autre côté de la rive…

 

DSC_9896.JPG

Repost 0
Published by flowersfood - dans Le goût des voyages
commenter cet article
14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 15:57


DSC_9795.JPG

 

Une envie de fraise ?

 

Notre Voyage à Nantes cet été nous a amené à découvrir un nouveau concept de glacier, dédié à la fraise !

Une épicerie et glacier où se déguste la fraise de Pornic, en arrivage journalier. Nature, en confiture, en caramel ou en sorbet, la fraise de Pornic réveille les papilles !

 

DSC_8439.JPG
A 5 euros le maxi cornet (3 boules), on en a carrément pour notre argent ! C'est du haut de gamme !

Le sorbet est composé de 70 % de pulpe de fruit, et c'est ce qui fait toute la différence ! On croirait manger une fraise glacée tout simplement. Un régal !

Vous pouvez ici déguster des glaces à l'italienne à base de fraises, des crèmes glacées et sorbets dans un cornet ou un petit pot : fraise, framboise-passion, mélange de yaourt fraises et framboises, menthe chocolat (exquis !), mangue, framboise nougat glacé... 

 

DSC_8448.JPG

 

Et puis aussi faire vos emplettes en achetant leurs confitures de fruits extra : allégées en sucre et à haute teneur en fruit.

Quoi d'autres ? Des cocktails, des sirop, des liqueurs, des alcools à base de fraise. Des biscuits, pâtes de fruits et bonbons. Des verrines glacées...

 

DSC_8430.JPG

 

Le dernier né de La Fraiseraie a ouvert à Nantes le 20 juillet dernier, près de la place du Change, 2 rue des Halles. C'est d'ailleurs la seconde boutique nantaise, après celui de la place de la Bourse.

 

DSC_8431.JPG

 

La 10è boutique d'un artisan-fabricant-distributeur, Joseph Maillard qui a débuté à Pornic il y a 40 ans.

La Fraiseraie est aujourd'hui présente à Pornic, Saint-Brévin, La Baule, Guérande, La Bernerie-en-Retz et Tharon-Plage... Et espère ouvrir bientôt à Vannes, Rennes et Angers. 

 

Repost 0
Published by flowersfood - dans Le goût des voyages
commenter cet article
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 17:18

HEMA1.JPG

 

Et hop, deux jours à la Capitale et me voilà rentrée les bras chargés de provisions. Bon d'accord, je n'ai pas eu le temps d'aller à La Grande Epicerie de Paris (because j'ai privilégié l'expo Tim Burton à la cinémathèque !!) mais j'ai quand même fait un tour chez Hema et Laura Todd. Deux boutiques éloignées de quelque 50 mètres près du forum des Halles, rue Rambuteau.

 

Dans la première, boutique d'origine hollandaise qui vient de s'implanter en France (5 boutiques à Paris) on trouve plein de trucs sympas pour la maison : cuisine (manger et cuisiner), salle de bains, produits de beauté, maquillage, couture, bureau, vêtements pour enfants, jouets, loisirs créatifs... J'ai ramené un service à thé en bois à ma fille de 2 ans, elle est aux anges !!!

Mais pour nos papilles, j'ai ramené quelques gourmandises : des noix de macadamia (et oui je saute dessus quand j'en vois, car chez nous c'est carrément introuvable en grande surface !), des noix de pécan grillées, des fruits à coques enrobés de chocolat, des pépites de chocolat décoratives, du chocolat blanc en déco, des fleurs et des petits coeurs en sucre... De quoi faire des cupcakes ou des gros cake crémeux joliment présentés !

Le tout pour pas cher du tout ! A peine plus de 10 euros !

Quand j'ai un peu plus de place dans mes cabas, je ramène aussi des chips, des gressins à l'ail, du thé à la menthe exquis...

Hema, c'est un peu le Ikéa des Hollandais, les meubles en moins. Aucune marque ici, si ce n'est la leur. Et des produits de qualité (même le plat à brownies est incollable !)

 

Et à côté, je n'ai pas pu m'empêcher d'aller chez Laura Todd commander mes fameuses pépites pour les cookies.

3 paquets de 100 g de lait et de blanc ainsi que 2 cookies... Là pour le coup, la note monte ! 26 euros le tout !

Mais bon, j'ai gagné les frais de port et ce sont des super pépites !!!

Laura Todd ce sont des cookies haut de gamme (vous l'aurez compris), dont on retrouve les recettes dans le livre du même nom... http://flowersfood.over-blog.com/article-laura-todd-103829382.html

Des cookies plats, pas trop sucrés, moëlleux comme il faut... Loin du goût archi fort des cookies industriels !

 

 

HEMA2.JPG

 

 

Voici donc les liens vers mes boutiques préférées :

 

Hema

http://www.hema.fr/

 

Laura Todd

http://www.lauratodd.fr/

Repost 0
Published by flowersfood - dans Le goût des voyages
commenter cet article
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 00:00

Difficile de résister à l'appel madrilène.

Voici, en quelques photos le résumé d'un séjour effectué en octobre 2010 dans la capitale espagnole. Les lieux sont tellement mythiques qu'ils sont devenus intemporels. Nul doute que, si d'aventure vous voyagez au coeur de l'Espagne, vous rencontriez à nouveau les bonnes adresses que je vous propose ici...

 

 

DSCN9494.JPG

 

En Espagne, ce qu'on aime le plus c'est le rythme. Déjeuner entre 14 h et 16 h et dîner tardif, jusqu'à minuit voire une heure du matin ! Le rythme idéal pour les vacances ! Afin de profiter de la ville et de ce qu'elle nous offre de meilleur, pendant une matinée qui tire en longueur et des soirées à rallonge.

 

La découverte de la Puerta del Sol (ci-dessus, noire de monde, comme d'habitude) et de la Plaza Mayor sont déjà, en soi, des voyages. A n'importe quelle heure du jour où de la nuit, la Puerta del Sol grouille de monde. Comme tout le reste de l'Espagne bien souvent, avec cette population qui vit dehors.

 

Commençons la visite par un petit déjeuner matinal chez San Ginès. Ce café qui vaut le détour, et dans lequel se pressent madrilènes et touristes pour déguster un chocolate con churros. Le petit déjeuner traditionnel de la capitale. Sauf que pour nos estomacs, ce chocolat fort et amer ne restera pas forcément dans les annales. Avec ce chichi bien trempé, faisons tout de même honneur aux traditions !

 

DSCN8495.JPG

 


DSCN8506.JPG

 

Depuis la calle Mayor, rejoignez la calle del Arena en passant par Bordadores. Enfoncez-vous dans el Pasadizo de San Ginès. C'est la que la Chocolateria la plus connue de Madrid vous attend. De l'aurore à l'aube. Un lieu mythique fréquenté au début du siècle par des intellectuels. 

 

DSCN8503.JPG
L'endroit est souvent bondé. Il faut s'armer de patience pour obtenir une table. Sinon, postez-vous à un coin du bar pour déguster votre chocolat chaud. Ici, pas de carte, pas de menu. Juste ce fameux chocolat et ses churros !

 

Ensuite, vous pouvez faire un tour du côté du Mercado San Miguel. Un marché couvert de fer et de verre qui a été entièrement restauré. A longueur de journée, les étals proposent de délicieuses tapas sucrées et salées à goûter du bout des lèvres pour un en-cas, ou carrément à se composer comme un plat. Charcuteries suspendues, pâtisseries, graines et fruits secs, tapas, vins et aussi fleurs font là le plaisir des yeux et des sens. 

DSCN8563.JPG

 

Dans cet espace règnent un brouhaha et un va-et-vient incessant. L'occasion de prendre le pouls de la vie urbaine madrilène, dans son coeur le plus historique, à deux pas de la Plaza Mayor.

 

DSCN8554.JPG

 

Des chips de légumes  et des chips de pomme de terre maison, des olives vertes, un petit burger et ses sauces et un verre de Vermuth rouge... Miam ! Ca avait le goût de trop peu !

Mais vu le prix, on ne peut pas tout se permettre ;)

 

DSCN8548.JPG

 

DSCN8561.JPG

 

Et en dessert, optez pour une spécialité locale : les bunuelos. Dans toutes les pâtisseries espagnoles, comme celles de la Calle Mayor, on retrouve ces bunuelos. Des beignets généralement farcis, ici au chocolat, à la vanille, aux cheveux d'ange, à la framboise...

 

Rassasiés, vous voilà repartis pour un tour de la ville, vers le Palais Royal, le Théâtre, la Plaza de Espana, puis la Grande Via et même El Parque del Retiro et son Palacio de Cristal, le musée du Prado ou la gare verdoyante et luxuriante d'Atocha. Du nord au sud et d'est en ouest, Madrid vous happe.

 

N'hésitez pas à faire une pause goûter au coeur de la ville, dans le restaurant du grand magasin El Corte Ingles, situé plaza de Callao. Au dernier étage de ce grand immeuble, le restaurant offre une vue imprenable sur la Gran Via, l'avenue principale de la ville, la rue des commerces, des théâtres et des grands hôtels, qui a fêté son centenaire en 2008. De là-haut, le décor pourrait faire croire à une vue plongeante de New-York. 

 

DSCN9641.JPG

 

Evidemment, n'imaginez pas manger au restaurant panoramique pour pas cher. Là, il faudra repasser. Rien que les petites parts de tartes valent assez chères. Bien qu'elles soient présentés dans une vaisselle assez kitch. Mais sincèrement, elles les valent ! Rien que pour le détour !

 

DSCN9649.JPG

DSCN9651.JPG

 

La tarte aux daims et le cheesecake aux framboises étaient... Excellents !!!

 

Finalement, de là, vous pouvez remonter la calle de Preciados ou del Carmel pour parvenir à la Puerta del Sol. La grande place de Madrid, animée de jour comme de nuit. Non loin de là, le quartier le plus riche en bars à tapas reste le quartier de la Plaza Santa Ana.   

 

DSCN8684.JPG

 

A l'angle avant de parvenir à cette place, les odeurs de paëlla de La Fragua de Vulcano appelle au repas.

Serrés les uns contre les autres dans ce lieu complètement rustique, on a dégusté des empanadillas (une tarte au thon et au poivron dans une pâte sablée salée), et les fameux pimientos de padron qu'on adore en Galice (ci-dessous) ! Ils se font si rares à la capitale ! Le tout arrosé d'un excellent pichet de sangria ! Le seul bémol, la loi antitabac ne fait aucun profit là-bas...

 

DSCN0513.JPG

 

DSCN9682.JPG

 

Plus loin, la Cerveceria Alemana est la plus ancienne de la place. Une brasserie centenaire qui n’a d’allemande que le nom. Il paraît qu’Ernst Hemigway y avait ses habitudes ! Voilà qui explique sûrement la patience dont il faut faire preuve pour obtenir une table… Une fois installée dans ce cadre authentique et chaleureux, les tapas à déguster sont littéralement savoureuses. Croquetas au jambon, calamares fries, sardines fries, charcuterie, tortilla espanola, bruschettas… On a fait les gourmands !

 

DSCN9674.JPG

 

DSCN9675.JPG

DSCN9673.JPG

 

 

 

 

100montaditos.jpg


Plus près de la Plaza Mayor et à plusieurs points stratégiques de Madrid, une enseigne appelle aux apéros-tapas : la Cerveceria 100 Montaditos. Ici, 100 recettes de petits pains garnis sont proposées. On entre, on s’installe, on prend un stylo et un menu. On coche les cases des montaditos qu’on veut goûter. Aux légumes, à la viande, épicés, avec des chips, des frites… On le ramène au bar. Et là, après la confection de ces fameux petits pains, un cuisto crie notre nom. Il faut arriver vite pour prendre sa commande !

 

DSCN9521.JPG

Des étals de marché garnis de spécialités madrilènes, il en reste encore plein à découvrir. Autant que d'adresses typique et gourmandes. Mais voici en tous cas ce qui nous a marqué de notre séjour à Madrid. Et de nos découvertes gourmandes...

Promis la prochaine fois, j'en testerai encore d'autres !! :)

 

En attendant, bon voyage !

 

 

Repost 0
Published by flowersfood - dans Le goût des voyages
commenter cet article
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 15:56

CHARTIER40.JPG

 

Mon coup de coeur de la semaine : un nouveau concept de glacier à Carnac (Morbihan).

 

Alain Chartier, meilleur ouvrier de France et champion du monde de pâtisserie bien connu pour ses macarons et ses glaces, installé dans le pays de Vannes (56) vient de lancer un nouveau concept. A Carnac Plage !

Yogurt Breizh, c'est le bar à crèmes glacées aux yaourts breton.

100 % indépendant, 100 % tendance, comme dit l'affiche !

L'occasion de venir prendre un bain de soleil sur la grande plage et de se rafraîchir, avenue Miln, à deux pas, avec une crème glacée 100 % originale !

 

Enfin un concurrent sérieux à l'indétrônable Igloo et à ses 160 parfums fantaisistes à Carnac Plage !

Et surtout un glacier de Vannes qui travaille avec des produits locaux.

Le concept vient directement de Californie. J'ai déjà vu un bar à glaces de ce genre à Paris, et ils vendaient également des cupcakes ou des gaufres aussi... Mais ce n'était pas aussi chic qu'ici ! Car, avec ses couleurs flashy, vert anis et violet, la boutique joue sur le ton de la modernité.

 

CHARTIER26.JPG

 

Ici, vous composez vous-même votre crème glacée.

D'abord en choisissant parmi 6 parfums de yaourt glacés :

nature, chocolat, nature-chocolat, fraise, caramel, fraise-caramel.

Et parmi 24 toppings différents, soit 24 garnitures !

Fruits frais, guimauves maison à la noix de coco, aux fruits rouges, au chocolat, billes de chocolat caramelisées, billes de chocolat noir, émiettés de crumbles au chocolat, mini macarons, speculoos écrasés, oréo et confiserie : fraises tagada, bananes au sucre, crocodiles, bouteilles de coca...

 

Il me manquait juste mon petit coulis de caramel au beurre salé... Et là ça aurait été parfait !

Un peu moins pour mes hanches, mais tant pis ! Tant qu'y a du plaisir !

 

Les toppings sont amenés à évoluer en fonction de ce que préfèrent les gens, donc n'hésitez pas à leur donner votre avis ! Des fruits pour les grands, des bonbons pour les enfants, des billes croquantes et des biscuits craquants pour tout le monde !

 

CHARTIER05.JPG

 

Chacun choisit la quantité de crème glacée qu'il souhaite. D'un ou de plusieurs parfums.

Et puis on ajoute la garniture à sa convenance.

Au final, on paye au poids. Comptez 1,90 euro les 100 grammes.

Sur les deux pots en photo au-dessus, le plus gros coûtait 4,50 euros et le plus petit 2,50 euros...

On a testé la crème glacée chocolat, nature, caramel et des garnitures croquantes...

Franchement, ça les vaut largement ! Le grand pot est bien rempli et se savoure facilement !

 

Et moi qui n'aime pas la glace au chocolat (gourmande de chocolat que je suis !) j'ai adoré celle-ci !

 

CHARTIER14.JPG

 

La prochaine fois, on la jouera plus light avec des fruits !

 

Le lait, la crème et le yaourt viennent de la laiterie artisanale Ker-Ronan, à Rohan, dans le Centre Morbihan. La boutique, et son petit laboratoire sont approvisionnés tous les jours en produits frais.

Et comme Alain Chartier ne jure que par la qualité, bientôt tous les toppings seront réalisés par ses équipes dans le laboratoire de Theix.

Déjà, les mini macarons, morceaux de crumble, billes au chocolat et guimauves sont fait maison !

 

Alain Chartier en profite pour vendre ses crèmes glacées en bacs, ses verrines, ses crèmes au caramel, chocolats, macarons et biscuits sablés.

 

 

CHARTIER38.JPG

 

La boutique sera ouverte huit mois par an. Alors profitez des beaux jours pour faire une escale à Carnac !

 

Et non content de lancer un concept, Alain Chartier l'a accompagné d'un petit camion. Un food truck comme on pourrait en voir dans les rues de New-York. Pour vendre des glaces au bord des plages et lors des grands événements bretons : salons, manifestations sportives, concerts...

Un joli petit fourgon aux couleurs de Yogurt Breizh surnommé Yobi, qui va vous faire aimer la street food !

Le glacier n'a pas d'autorisation pour un emplacement fixe, alors il va déambuler dans les rues morbihannaises et bretonnes...

 

 YOBI2.jpg

 

Ici, dans les jardins des Remparts de Vannes lors du salon Vannes Côté Jardin en mai dernier.

 

Laissez-vous séduire par ces glaces d'un nouveau genre !

 

Plus d'infos : http://www.ecoledesdesserts.com/alainchartier.html 

 

 

Repost 0
Published by flowersfood - dans Le goût des voyages
commenter cet article
18 mai 2012 5 18 /05 /mai /2012 22:55

Ce blog étant dédié aux voyages gustatifs et aux découvertes culinaires d'ailleurs, je ne pouvais pas ne pas vous proposer un compte rendu gourmand de notre séjour à Rome, au coeur de l'Italie antique !

Antipasti, primi plati, secondi plati, dolce, gelati, biscotti... Nous avons tout testé, ou presque !

 

vitrine Vatican

 

Voici la vitrine typique d'une épicerie-pâtisserie du centre. Biscuits secs, tartes au chocolat ou à l'abricot, parts de pizza, paninis... Tout cela s'étale à côté des pots de sauce tomates, de pesto, de pâtes fraîches ou sèches, des risottos et des biscuits de la fameuse marque italienne Molino Bianco (Barilla). On trouve aussi les non moins fameux antipasti (poulpe à l'huile d'olive, poivrons fourrés à la ricotta, anchois marinés...) et autres fromages à la coupe dont le grand parmeggiano ! Un épicier de quartier comme on les aime ici, et qu'on aimerait rencontrer plus souvent...

 

Nous avons donc testé une de ces épiceries non loin de la Place Saint-Pierre, via Alcide de Gasperi. Une rue pas du tout touristique, à l'opposé de la Porta Angelica et de ses nombreux glaciers. Un endroit légèrement reculé et qui avait conservé son authenticité. Surtout, l'épicier était un homme adorable qui nous a laissé goûter, gratuitement, deux ou trois petites spécialités. Comme ces brioches aux lardons, extrêmement moëlleuse (morbido, comme diraient les Italiens !!!) et une pâte à pizza nature. Nous nous étions pris une assiette salée-sucrée à 18 h avec un verre de vin rouge pour pouvoir tenir jusqu'à notre dîner à l'appartement vers 22 h 30... Résultat : 12 euros ! Vraiment pas cher, et idéal pour un en-cas d'après-midi !

 

goûter Vatican-copie-1

 

Dans le plateau : de la pizza aux anchois, de la fougasse à l'huile d'olive, deux brioches aux lardons, et puis une part de tarte coupée en deux à l'abricot, ce qui ressemble à un morceau de cookie et une bouchée à la noisette.

 

Sinon, vous serez déçus, nous n'avons pas testé toutes les trattorias du centro storico... Nous avons opté pour un appartement et du coup, la popote, on se l'ai fait nous-mêmes !

Il n'empêche, les découvertes gourmandes se sont faites dans les supermarchés, pour ensuite se faire des petits plats italiens à pas trop chers ! Et maison ! 

Jus d'orange frais chaque matin accompagné de son croissantino fourré au chocolat.

 

croissant.jpg

 

Pâtes fraîches aux épinards et à la ricotta à la sauce de Philadelphia au yaourt.

Sauce Giovanni Rana à la bolognèse sur une pâte de pizza fraîche agrémentée de mozzarella, provolone affimucato (un fromage fumé assez fort en goût, et meilleur cuit que cru !)

Fraises sucrées sous un lit de yaourt bianco müller (allemand, désolée, mais si doux !) et des biscotti en crumble...

Le tout arrosé de vin Italien et Sicilien... Pas mal donc ;)

 

fraises

 

Les fruits et légumes italiens nous ont étonné par leur saveur ! D'une douceur extrême ! Même les tomates cerises étaient sucrées ! On sent que le soleil les nourrit !

 

Nous nous sommes tout de même accordé deux trattorias dans la semaine. La première issue du guide Rome Pas Cher nous a vraiment séduit. Il Fico Ristorante, via di Monte Giordano, proche de la Piazza Navona, est un restaurant plus fréquenté par les Romains que par les touristes. Armando et son jumeau Rudi nous ont guidé dans nos choix de mets à découvrir, et nous ont fait passé un très bon moment. C'est là que nous avons vu à nouveau l'hospitalité des Romains, prêts à rendre service à chaque coin de rue, pour renseigner sur un trajet, un bus, un site à ne pas manquer... Ils détonnaient face aux nombreux vendeurs de magasins franchement pas très ravis de leurs jobs...

 

Cependant, nous n'avons pas fait honneur aux traditions italiennes ! Antipasti, primi plati, secondi plati et dolce... Ca faisait beaucoup pour un seul estomac ! Du coup, antipasti, primi plati (pâtes) et dolce nous ont amplement suffi ! Et déjà bien lesté de quelques billets le porte-monnaie !

Les Zucchini à la ricotta de chez Il Fico étaient excellentes, comme prévenait le guide (fleurs de courgettes, j'ai bien des photos, mais elles ne vous donneraient pas l'eau à la bouche, et pourtant !!)

Les pâtes maison, rien à voir avec chez nous, évidemment ! J'ai même découvert la saveur du poulpe dans un sauce de pâtes fraîches... Excellent !

La seconde trattoria était tout ce qu'il y a  de plus touristique. Piazza de la Rotonda, face au Panthéon. Si les antipasti, tempura de légumes, nous ont plu, les primi plati de pâtes étaient quelque peu copieuse et écoeurante... 

Quant aux tiramisu et panna cotta que nous avons goûté dans les deux restaurants, ma foi, j'ose dire sans prétention que je sais en faire des aussi bons (voire mieux ?).

Le plus dommageable dans ce dernier restaurant, qui faisait face à 2.000 ans d'histoire, c'est l'addition : 80 euros ! Le prix d'une nuit d'hôtel ! Qu'est-ce qu'il ne faut pas débourser pour profiter de la vue ! En France comme en Italie !

Nous étions bien contents d'avoir notre indépendance et de nous faire nos petits plats le soir, et nos paninis maison le midi (brioches au maïs, viande de grison, philadelphia au yaourt, tomates cerises, triangle de pain de mie italien, salade, filet de dinde et tranche de fromage...). Ce qui a moins pesé dans le porte-monnaie...

 

L'Italie étant le pays des glaces, les fameuses Gelati, nous avons tout de même goûté à ces douceurs. Mais pas démeusurément. Car tout en sirotant notre crème glacée, bien souvent, nous continuions notre randonnée urbaine à travers la ville pour ne perdre aucun instant et voir le maximum de la richesse de la cette cité éternelle.

La première glace, Piazza Santa Maggiore, à deux pas de notre appartement, la seconde Via Cola di Rienzo, près du Vatican. Les deux fois dans des endroits visiblement très courus d'une population chic et branchée ! 

Et la troisième fois, près de la Piazza Navone, chez Grom Grom...

 

L'enseigne n'est pas des plus alléchantes à première vue car les glaces ne sont pas en vitrine à déborder goulument de leur bacs contrairement aux autres glaciers. Ce qui m'a fortement attiré... Je me suis dit que forcément, pour cacher ses glaces dans des bacs fermés, ce glacier devait avoir une autre méthode pour attirer le client : la qualité ! Bingo ! On y trouve même des glaces au caramel salé pour ne pas être trop dépaysé... (pour ceux qui lisent et ne le savent pas : je suis Bretonne !)

Les glaces au yaourt sont les plus rafraîchissantes. 

 

 

croissanti.jpg

 

Ci-dessus : un autre goûter, dans un café Illy de la galerie Sordi, entre la Fontaine de Trévi et la Piazza Colonna. Les douceurs sont très bonnes, mais alors l'addition carrément salée ! 12 € !! On avait eu deux fois plus de choses à savourer dans la petite épicerie près du Vatican quelques jours plus tôt ! Mais là, on a découvert un moka frappé super original et délicieux. 

 

 

Et surtout, la découverte de ce voyage, ce sont les pâtisseries italiennes : les cannoli siciliennes et les cassatine mignon ! Miam ! Un régal !

 

cannoli_ricotta1.jpgcannoli_choco.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On les trouve dans à peu près toutes les pâtisseries. Notamment chez Castroni, la Grande Epicerie romaine où se trouvent tout ce qui se fait de meilleur en Europe et même dans le monde (bonbons, chocolat Lindt, risottos, pâtes sèches, sauces, épices, et même baking powder et cheesecake anglais, nouilles chinoises, vinaigre de riz et tutti quanti !) Ces petits biscuits ne coûtent que 50 centimes l'un ! Sauf à l'excellente pâtisserie de la Piazza di Monte Citorio, près de la Piazza Colonna, juste derrière le Parlement. I Dolce di Nonna Vincenza. Ici, les pâtisseries sont encore meilleures et réalisées de manière traditionnelle, vendues 1 euro pièce.

 

Cette pâte légèrement parfumée à la cannelle, frie dans l'huile est fourrée d'une crème à la ricotta... Agrémentées de fruits confits ou de chocolat. (Pour les Vannetais, on en trouve chez Palette des Saveurs, l'épicier de la rue Hoche, qui se fait livrer régulièrement d'Italie !!! Je les voyais depuis longtemps mais n'avais jamais osé goûté !!! Enfin, ils ne rivalisent pas encore avec ceux de la Nonna Vincenza !)

Je m'en lèche encore les babines ! Et je pense que vous aurez bientôt ici la recette que j'aurai testé ! :) Me manquent juste les accessoires (les tubes en inox pour faire la forme de la pâte) que je viens de commander !!!

 

Encore quelques photos, pour vous en donner l'eau à la bouche :

 

DSC_3550.JPG

cassatine.jpg

 

Pour les Cassatine Mignon (ci-dessus), il s'agit d'une génoise surplombée d'une crème légèrement citronée avec un peu de rhum, et recouverte d'une pâte de sucre au citron vert (non ?). Il y a quelques fruits confits également à l'intérieur...

Vu comme ça, le petit gâteau ne me disait pas grand chose, mais une fois en bouche, j'en redemandais !

Quel fondant, quel délice ! Une explosion de saveurs inattendue ! D'ailleurs nous sommes repassés devant la boutique 1 h après avoir pris ces douceurs et en avons repris à nouveau ! Quels gourmands !

 

vitrine_parlamento.jpg

 

Si j'avais pu me faire une boîte de plusieurs de ces petits gâteaux pour le retour, je l'aurai fait ! Je rêve encore de croquer dans ces pâtisseries ! Je suis certaine de ne jamais pouvoir les égaler !!! (Pasticceria I Dolci di Nonna Da Vincenza, située sur la Piazza Monte Citorio, http://www.dolcinonnavincenza.it/home.htm)

 

Et évidemment, nos valises étaient pleines au retour... 62 kg ! 17 de plus qu'à l'aller !!!!

 

courses_Italie.jpg

 

 

Pâtes italiennes, épices pour sauces (testées ce midi, et un peu piquante ! Faut pas avoir la main lourde !!!), velours balsamique à la vanille et  à la fraise, sirop au café, pâtes à tartiner à la noisette, café, risotto à la truffe, réglisses à la violette, cristatina al albicocche, biscotti al cioccolato... Et même des cafetières en aluminium pour faire du vrai café italien !

 

Et surtout, nous voici avec le numéro 77 de nos livres de cuisine ! Molto Buono ! C'est son titre. C'est Le livre de recettes italiennes. Il en contient 1.000, bien illustrées et détaillées. Car la majorité des livres de cuisines italiens ne contiennent aucune photo ! On dirait les livres de cuisines de nos grands-mères !!! Souvenez-vous ! Voire même de nos mères... Car la mode des livres de cuisine joliment illustrés est assez récente, finalement...

 

Il semblerait qu'en Italie, les deux sujets de conversation récurrents soient le foot et la cuisine ! C'est dire si les recettes se transmettent davantage de manière orale que par écrit. D'autant que la majorité des livres de cuisine en Italie sont écrits par des Français ou des Anglais... Oups...

 

PS : désolée s'il n'y a pas beaucoup de photos de salé, mais c'était franchement pas le plus appétissant, surtout de nuit... Et puis vous l'aurez compris, je suis une gourmande de sucré...

Ce qui n'empêche pas les primi plati de pâtes italiennes de nous avoir aussi séduit ! Les pâtes étant plus épaisses et plus goûtues que chez nous... 

 

 

Repost 0
Published by flowersfood - dans Le goût des voyages
commenter cet article

Profil

  • Violaine
  • J'ai 32 ans. Journaliste indépendante, spécialisée dans l'économie et le monde de l'entreprise, je joue les food reporter au gré de mes rencontres... Je suis également passionnée de gourmandises et de cuisine conviviale.
  • J'ai 32 ans. Journaliste indépendante, spécialisée dans l'économie et le monde de l'entreprise, je joue les food reporter au gré de mes rencontres... Je suis également passionnée de gourmandises et de cuisine conviviale.

Et aussi...

Top blogs de recettes

Suivez-moi sur Instagram

Instagram